Histoire

Le nom

Le Concours International de Carillon Reine Fabiola fut pour la première fois organisé en 1987 par l'École Royale de Carillon « Jef Denyn », institut international pour l'art du carillon. Les ambitions étaient grandes, car ce nouveau concours visait au plus haut niveau. L'objectif était alors de fonder un « concours Elisabeth » pour le carillon. La force vive à l'origine de cette initiative était le directeur d'alors, Jo Haazen. La reine Fabiola, qui avait par le passé accordé sa protection à l'institut précité, était prête à lier son nom au concours. Elle assistera aux finales de 1900 et de 1998 et procédera personnellement à la remise du premier prix de ces éditions.

 

Congrès

À l'origine, il était prévu que le concours ait lieu tous les trois ans. Un cycle de 5 ans est toutefois observé depuis 1998.

Une exception à cette règle a été introduite pour la septième édition. En effet, en 2014, le congrès de la Fédération Mondiale du Carillon aura lieu à Anvers et à Bruges, une raison suffisante pour reporter d'un an le Concours International de Carillon Reine Fabiola. En concertation avec l'Association flamande de carillon, le concours fera partie de la première partie du congrès afin que davantage de carillonneurs étrangers puissent prendre part au concours ou y assister parmi le public.

 

Un niveau élevé

En 1987, le but était d'offrir, par ce nouveau concours, une alternative aux anciens concours de l'École Royale de Carillon, dont les prix Léon Henry et Prosper Verheyden. La barre a donc été placée un peu plus haut. Une commission musicale, composée de professeurs de l'École Royale de Carillon et d'éminents musiciens, ont mis sur pied un concours du plus haut niveau. Les participants doivent présenter un répertoire de neuf œuvres du plus haut degré de complexité, réparties sur trois mouvements artistiques. Ce répertoire s'accompagne d'un œuvre imposée, spécialement composée pour l'occasion.

 

Le déroulement

Au cours de l'épreuve de présélection, le jury choisit les finalistes qui s'affronteront pendant les deux épreuves finales. Depuis l'édition de 2003, le jury se limite à cinq finalistes au lieu de six. Un carillonneur qui parvient en finale doit faire ses preuves trois jours consécutifs sur le carillon de concert monumental de la Tour Saint-Rombaut. Ce déroulement fait du Concours International de Carillon Reine Fabiola le concours de carillon le plus difficile et le plus ardu au monde. Le participant doit démontrer les meilleures compétences en matière de musicalité et de technique de jeu. L'endurance et la concentration sont réellement mises à l'épreuve.

 

Œuvre imposée

Les œuvres imposées sont proposées par des compositeurs de renom versés dans l'art du carillon :

  • 1987 : Sonate voor beiaard de Jos Van Looy, professeur au Conservatoire royal flamand de musique d'Anvers et directeur de l'Académie de musique de Lierre.
  • 1990 : Ballade voor beiaard de Peter Cabus, professeur au Conservatoire royal de Bruxelles et directeur du Conservatoire communal de Malines
  • 1993 : Prelude, Adagio and Fugue de John Gouwens, carillonneur et organiste à la Culver Military Academy (Culver, Indiana, États-Unis). Cette œuvre a gagné le prix de composition lors du concours organisé cette année-là par l'École Royale de Carillon.
  • 1998 : Sprookje op de naam Fabiola de Kristiaan Van Ingelgem, professeur au Conservatoire royal flamand de musique d'Anvers et organiste de concert de renom.
  • 2003 : We ring, we chime, we toll de Geert D'hollander, professeur à l'École Royale de Carillon et carillonneur de la ville d'Anvers. Cette œuvre a gagné le prix de composition lors du concours organisé cette année-là par l'École Royale de Carillon.
  • 2008 : Soliloquy de John Courter, carillonneur au Berea College (Berea, Kentucky, États-Unis) et l'un des plus grands compositeurs de musique pour carillon aux États-Unis.

 

À l'occasion du septième Concours International de Carillon Reine Fabiola, l'œuvre imposée a été composée par Frédéric Devreese, compositeur belge et chef d'orchestre de renommée internationale. Cette fois, une deuxième œuvre imposée a été introduite : une composition pour carillon ambulant et orchestre à cordes… de Geert D'hollander. Il en découle une nouvelle évolution dans l'art du carillon : l'instrument de tour classique fait son entrée dans la salle de concert, grâce à la création de petits carillons mobiles. Dès lors, il est possible de jouer du carillon avec d'autres instruments ou ensembles.

 

Jury

Lors de chaque édition, le jury se compose d'un groupe de carillonneurs et musiciens provenant de différents pays. Les trois grands pays du carillon que sont la Belgique, les Pays-Bas et les États-Unis sont chaque fois représentés, et à ceux-ci viennent s'ajouter des carillonneurs d'Allemagne, d'Espagne, du Portugal, de France, de Norvège ou d'Australie, entre autres. Des musiciens qui ne pratiquent pas le carillon font également partie du jury. Alors que les carillonneurs évalueront souvent l'aspect technique, ces musiciens écouteront les interprétations d'une oreille plus impartiale. Les précédentes éditions ont notamment accueilli Vic Nees, Peter Cabus, Wilfried Westerlinck, Frédéric Devreese et Jan De Maeyer.

 

Une attention internationale

La grande diversité des participants prouve que le Concours International de Carillon Reine Fabiola jouit d'égards mondiaux. Depuis la première édition, des carillonneurs d'un grand nombre de pays ont participé à ce concours : Belgique, Pays-Bas, France, États-Unis, Russie, Danemark, Australie, Pologne, Portugal et Espagne. Différents lauréats occupent à ce jour d'éminents postes de professeur au sein d'institutions de carillon ou sont titulaires des tours de premier plan.

 

Les premiers lauréats des éditions précédentes::

  • 1987: 1. Geert D'hollander (Belgique)
  • 1990: 1. Boudewijn Zwart (Pays-Bas)
  • 1993: 1. Gideon Bodden (Pays-Bas)
  • 1998: 1. Tom Van Peer (Belgique)
  • 2003: 1. Twan Bearda (Belgique)
  • 2008:
    • 1. Kenneth Teunissen (Belgique)
    • 2. Toru Takao (Japon)
    • 3. Malgosia Fiebig (Pologne)
    •  4. John Lehrer (Etats-Unis)
    • 5. Monika Kazmierchak (Pologne).